Uncategorized

Exemptions de frais de scolarité au Québec pour les algériens non-résidents, la FAAC dénonce

Lorsque le problème des exemptions de frais de scolarité en faveur des

Lorsque le problème des exemptions de frais de scolarité en faveur des étudiants algériens au Québec a été abordé pour la première fois sur nos colonnes, il y a maintenant six ans (voir lien: http://www.salamontreal.com/index.php/2007/07/24/exemption-des-frais-de-scolarit-par-le-consulat-un-v-ritable-labyrinthe-de-pan.html), nous étions loin d’imaginer qu’après tant d’années, non seulement aucune amélioration n’aura été apportée au processus d’octroi de ces exemptions, mais bien au contraire l’étude des dossiers a été rapatriée en Algérie et remise aux soins du ministère de l’enseignement supérieur, favorisant ainsi plus d’opacité et de bureaucratie. Et comme d’habitude, ce changement a eu lieu dans l’obscurité totale : aucun communiqué ni information n’a été transmise au public, pourtant, impacté gravement par cette décision.

À l’époque les demandes étaient traitées au consulat d’Algérie à Montréal et les exemptions étaient attribuées sur la base du «Premier arrivé premier servi»  mais déjà des soupçons de favoritisme et d’opacité sur le nombre de bourses pesait sur le processus. Ce qui a d'ailleurs été dénoncé à l'époque avec l'espoir de voir une solution locale à cet épineux problème.

Sans juger des intentions des décideurs à l'origine du rapatriement du traitement des demandes, mais ça a tout l'air d'une opération «transfert de patate chaude» plutôt que d'une volonté d'instaurer plus de rigueur dans le processus d'octroi de ces exemptions.

Quelles que soient les raisons de cette manœuvre aux allures de holdup, nos étudiants sont contraints de quêter la zakat el fitr et autres aumônes pour financer leurs études. Inadmissible comme situation, mais combien habituelle.  

Avec la multiplication d’étudiants algériens inscrits au Québec dénonçant des cas d’injustice, de manque de transparence et de tentatives d’extorsion qu’ils ont rencontrés dans le traitement de leurs demandes, la Fondation Algérienne pour l’Action Citoyenne (FAAC) http://www.123vivalgeria.com/ a lancé une campagne médiatique pour dénoncer cet état de fait qui engendre une grande frustration au sein de notre communauté estudiantine.

Encore une fois le but ne saurait être que d'instaurer plus de transparence dans ce dossier. Que les critères soient bien définis et appliqués de façon équitable pour tous. Que ceux qui sont véritablement admissibles aient gain de cause et en finissent avec cette galère

Les réponses aux questionnements légitimes des étudiants tardent à venir, un mépris manifeste envers nos meilleurs espoirs. Nous avions espoir que nos représentations diplomatiques ne soient pas réduites à des annexes d’APC, mais visiblement, 50 ans ce n’est pas assez. Plus ça change, plus c’est pareil.

La balle est à présent dans le camp des étudiants qui se regroupent pour faire valoir leur droit à étudier dignement. Le CCA se joint à eux et les supporte sans condition.

Le CCA demande aux responsables de cette situation de reconsidérer leur décision arbitraire et injuste. Une correction rapide s’impose… Mon pays ce n’est pas qu’un pays, c’est surtout sa jeunesse … Notre jeunesse ce n’est pas qu’une jeunesse, c’est surtout notre futur. Alors de grâce, arrêtons le gâchis. 

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page